C’est avec grand plaisir que nous avons appris hier de notre contact chez Automattic en France que l’entreprise avait enfin pris la mesure de l’impact du souci lié à la loi de finances 2018 sur WooCommerce. Ils ont donc décidé d’agir pour mettre en conformité l’outil selon les obligations de la loi.

Quésako la loi de finance 2018 ?

La loi de finances 2018 parue le 1er janvier 2018 a dans une partie de son contenu l’objectif de lutter contre la fraude à la TVA.  Les entreprises assujetties à la TVA ont l’obligation que leurs logiciels ou leurs systèmes de caisse soient conformes aux nouvelles dispositions issues de l’article 286 I-3° bis du Code Général des Impôts.

Ainsi, au regard de la loi, un logiciel ou un système de caisse doit répondre à des conditions d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage des données en vue du contrôle de l’administration fiscale.

Les logiciels d’E-commerce et notamment WooCommerce sont donc impactés. On vous fait grâce du débat sur « les logiciels d’e-commerce sont t’il vraiment des logiciels de caisse…blablalblabla ». C’est maintenant un fait établit WooCommerce comme Prestashop et d’autres sont concernés.

Petit rappel des faits concernant WooCommerce

WooCommerce a publié un article officiel le 28/12/2017 indiquant que selon eux, ils n’étaient pas concernés par la loi de finances. Depuis cet article a été retiré du site mais vous pouvez toujours en lire le contenu sur ce pdf que nous avions sauvegarder suite à notre article du 27/12/17.

Maintenant Automattic indique que leur position de l’époque se basait sur l’amendement visant à exclure les logiciels de e-commerce de la loi. Cet amendement n’a pas été soutenu et donc ne fait pas partie de la loi.

Reste qu’au moment de la parution de l’article officiel sur WooCommerce la loi avait été voté en deuxième lecture par l’assemblé nationale depuis le 21/12/17 soit 7 jours avant la parution d’Automattic…

Soyons clair l’objectif de l’explication ci-dessus à juste pour but de remettre tous les faits dans le contexte et de vous donner le plus d’éléments possible pour vous faire un jugement sur le traitement de ce problème. On ne doute pas un instant qu’Autommattic a bien pris au sérieux le soucis de la loi depuis le début.

Chacun se fera ainsi son idée sur l’explication donnée par Automattic sur sa position initiale sur le sujet.

Bref, WooCommerce rentre de le rang et son éditeur a décidé de faire ce qu’il faut pour se mettre en conformité avec la loi. C’est donc une excellente nouvelle pour bien des e-commerçants en France.

WooCommerce passera donc entre les mains d’un organisme de certification homologué par les autorités françaises compétentes.

Mise en conformité de WooCommerce : mais comment ?

Rémi Corson, spécialiste WooCommerce chez Automattic, nous a apporté quelques précisions :

« Effectivement on travaille officiellement (et c’est pas nouveau) sur un système permettant d’être en règle avec la nouvelle loi. Il ne s’agit pas d’un module dédié spécifiquement à ca, mais d’un système plus global qui nous permettra de le ré-utiliser dans n’importe quel pays si cela devait se produire. Le contenu de la BDD deviendra inaltérable et l’intégrité du code sera vérifiée de manière journalière. Le système sera certifié, mais nous encouragerons cependant les shop owners à obtenir leur propre certification en plus en cas d’utilisation de custom templates, ou de hooks spécifiques. »

Bien qu’il faille attendre la version certifiée de WooCommerce pour savoir exactement de quelle façon elle sera opérationnelle, l’article paru sur WPFR hier (31/01/2018) apporte un peu plus de précision sur le sujet.

Comme le précise Maxime l’auteur de l’article :

« Le souci de certifier un logiciel open source est que, du fait que le code et le contenu de la base de données sont accessibles et modifiables, le moindre changement entraînerait une annulation de la certification. Pire cela pourrait même devenir impossible à certifier (ne serait-ce que par la présence de hooks WordPress). »

Concernant la façon dont sera vérifiée l’intégrité du code à ce stade on a pas encore de détail.

Par contre, pour les données, ce serait donc via un système de décentralisation de sauvegarde de données que s’orienterait WooCommerce pour ce qui est de l’inaltérabilité de celles-ci. En résumé à chaque vente que vous feriez avec WooCommerce une copie des données serait envoyée à un système de sauvegarde dans le cloud afin de garantir leurs inaltérabilités.

Dans le cas présent c’est l’outil JetPack qui serait utilisé et qui sauvegarderait sur Vaultpress. A ce stade impossible de vous en dire plus, il faudra attendre d’avoir l’outil entre les mains pour bien comprendre le processus

Les deux outils appartenant à Automattic on comprend bien l’ingéniosité du processus imaginé pour WooCommerce. Visiblement cette fonctionnalité liée à la sauvegarde des données dans ce contexte serais gratuite.

J’attire votre attention sur le fait que les serveurs de VaultPress, sauf erreur de ma part, sont situés aux USA et appartiennent à une société américaine. De ce fait la société et les serveurs ne sont pas soumis à la protection des données comme en France. Conformément à la constitution américaine et son article 14, une agence gouvernementale US peut requérir directement une société de droit américaine pour avoir un certain nombre d’informations. Si vous optez pour cette solution , je vous engage donc à bien prévenir votre client (e-commercant) de cela.

A ce stade, je ne sait pas si cette solution technique va avoir une incidence au sujet de la loi sur le RGPD (Protection des données).

Précisions importantes concernant le code et la certification

Si vous ou un de vos prestataires modifiez le code source de WooCommerce alors cela annulera la certification.  Comme le dit Rémi Corson « Si un addon modifie le comportement par défaut de WooCommerce en ce qui concerne la partie commande il devra être certifié. Si c’est le thème qui le fait, alors le shop owner devra aussi avoir une certification. De plus, chaque version de chaque changement devra aussi être certifiée. »

Free-Photos / Pixabay

Si vous êtes prestataire de services ou développeur, vous pouvez alors faire certifier votre addon voir dans certaines conditions la modification apportée à WooCommerce. Vous rentrerez donc dans le processus officiel de certification des logiciels avec toute ce que cela comporte de contraintes pour vous. Sachez que dans ce cas vous deviendrez «éditeur » pour la partie qui vous concerne au regard de la loi : vous aurez donc des obligations à respecter.

Ceci dit dans ce contexte, si votre addon de WooCommerce apporte un véritable « plus produit » pour l’e-commerçant, le fait de le faire certifier peut être pour vous un vrai argument commercial en France. La certification de votre addon pourrait donc devenir une chance commerciale plutôt qu’une vraie contrainte.

Délai de certification de WooCommerce

Rémi Corson nous a précisé que techniquement tout déjà prêt. Certains points précis  doivent faire l’objet d’un retour de leurs avocats avant lancement du processus de certification. Ce processus pourrait prendre au minimum 4 mois voir plus. On peut donc raisonnablement espérer qu’une version certifiée sera normalement sortie avant l’été.

Même si à ce jour rien n’est réglé concernant WooCommerce, comme pour d’autres outils (Prestashop…), l’horizon semble un peu moins sombre et c’est tant mieux. Espérons que l’administration sera conciliante jusqu’à fin 2018 comme elle à l’air de le laisser sous-entendre. Attention si vous êtes e-commercant de ne pas abuser de cette  indulgence car dans les faits elles pourraient vous sanctionner dès maintenant.

Quoi qu’il en soit je me réjouis de ce revirement de position la part de Automaticc. Celui-ci nous conforte dans l’équipe que nous avions raison dans notre article du 27/12/18 d’alerter la communauté WordPress sur le sujet. Cela a pu libérer la parole comme on l’a constaté dans nos meetup et autres rencontres. Cela a plu déplaire à «certains esprits chagrins» mais a brisé le silence assourdissant ambiant de cette belle communauté WordPress Francophone.

madsmith33 / Pixabay

On vous tiendra bien évidemment au courant de la suite sur ce sujet dès que cela sera utile. Espérons que cette « affaire » aura réveillée les consciences de la communauté française sur le traitement de certains sujets concernant WordPress ou le digital.

Gageons qu’elle aura pris du coup aussi la mesure du prochain grand défi lié au juridique à savoir le RGPD. Pour plus d’informations sur le RGPD, reportez vous à cet article paru en juin 2017 sur notre site.

Loi de finances  2018 : WooCommerce rentre dans le rang
Moyenne des notes : 3.9 (77.14%) 7 votes
PARTAGER
Article PrécédentBilletterie de WP TECH de Lyon ouverte
Article Suivant[Emploi] Développeur intégrateur de flux (H/F) – Caen (14)
Fondateur de WPNormandie, passionné et utilisateur de WordPress depuis 2004, je partage avec la communauté WordPress et Digitale après avoir tant reçu. Ayant été CEO et CTO en agence et chez l'annonceur, j'interviens maintenant en tant qu'indépendant comme "Responsable Opérationnel Digital et E-commerce à temps partagé" pour des PME/PMI/STARTUP - Un défaut : je mange des clowns avariés au petit déjeuner - Une qualité : j'aime profondément les gens et partager.

2 COMMENTAIRES

  1. C’est du grand délire. Il est clair que ceux qui ont voté cette loi l’on fait sans consultation auprès des professionnels du web.

    Faire certifier une solution perso est possible (et encore du moment qu’on le code n’évolue pas)
    mais faire certifier de l’open source, sachant que la code évolue constamment et qu’on est obligé de notre côté de bidouiller au minimum le thème et les plugins pour répondre à nos besoins : c’est juste impossible.

    Le seul qui vont réussir à obtenir ces cons là, c’est que les e-commercants délocalisent leur activité en dehors de la France, pour continuer à travailler sereinement.